Les premiers « bumps » sur la route

Mon dernier billet date de novembre de l’an passé. J’ai été pas mal occupé à structurer mon entreprise, chercher des clients, du travail et remplir toute la paperasse gouvernementale et légale que comporte ce genre de démarche. Je crois avoir passé plus de temps à remplir des formulaires et à me déplacer d’un endroit à l’autre qu’à vraiment travailler. Au fond, c’est simple : aussitôt que je croyais avoir terminé avec un dossier précis, il y avait autre chose qui tombait sur mon bureau. L’enregistrement de la compagnie auprès de Revenu Québec, la demande de subvention au SAJE, le plan d’affaire, le site web, les inscriptions sur différents sites web et médias sociaux pour le référencement, les cartes d’affaire, les lettres d’intention, les rendez-vous à la banque pour le compte chèque et la carte de crédit et mille et une autres formalités… Dans la foulée, étant donné que ma compagnie est enregistrée et que j’en suis le responsable, je croyais naïvement que mes assurances personnelles couvriraient aussi ma compagnie, surtout que mon local est une pièce dans mon logement.

Ça ne s’est pas passé comme ça, finalement. Pis tellement pas, là.

Premièrement, ma demande de subvention au SAJE a été refusée. Ils sont restés évasifs sur les raisons et je n’ai pas vraiment insisté pour en savoir plus, déjà que j’ai passé beaucoup de temps sur cette présentation et que mon agent m’a dit avant et après ma présentation que c’était pratiquement « dans la poche ». Toujours est-il que non, ça ne marchera pas.

Ensuite, j’en reviens aux assurances. Mon propriétaire m’a demandé de me renseigner si oui, à 100%, j’étais couvert par mes assurances en cas de sinistre avec mon atelier. Et avec raison. Autant pour lui que pour moi, aussi bien faire ça de la façon la plus safe possible. Et non, des assurances telles que les miennes ne couvrent pas ce genre d’activités commerciales. Je magasine donc des assurances commerciales… et c’est impossible dans mon secteur d’activités d’avoir des assurances commerciales dans un immeuble résidentiel.

Je me retrouve donc devant un méchant bump sur ma route. On peut pratiquement parler d’un mur. J’ai arrêté toute activité commerciale. Je ne veux pas me mettre moi ou mon entourage à risque. J’en reviens donc à ma question initiale, celle que je me posais quand j’ai décidé d’arrêter le web :  « Ok. Mais asteur, qu’est-ce qu’on fait? » J’ai quelques solutions. Je ne sais pas encore laquelle est la meilleure et/ou laquelle je choisirai.

Option 1 : Je trouve miraculeusement et à des prix incroyablement hauts une assurance qui me prendra dans la situation actuelle (avec l’achat d’un dépoussiéreur et autres machineries coûteuses mais qui rendra ma shop plus sécuritaire aux yeux des assureurs). Je continue à faire ce que je faisais et tout va bien, juste une grosse peur.

Option 2 : Je loue un espace commercial pour continuer mon projet. J’ai regardé les prix à Montréal et ça m’a donné des palpitations tellement c’est cher pour 4 murs en bétons. C’est plus cher que mon loyer et je vois difficilement comment je vais arriver à payer les deux et à vivre convenablement. Je dois donc déménager dans un logement beaucoup plus petit pour compenser ma perte.

Option 3 : Je mets le projet sur la glace, le temps d’acheter une maison à la campagne. Mais pour ce faire, je dois ramasser un cash down avec l’aide de ma blonde pour un achat rapide de la dite maison. C’était un projet qu’on avait déjà en commun mais qu’on avait mis sur la glace, le temps que l’Atelier roule bien. On a peut-être pris ce problème à l’envers mais il n’est pas trop tard pour le reprendre en main.

L’option 3 me semble la plus envisageable. Ça fait mal de savoir que je vais mettre mon entreprise sur la glace pendant au moins 2 ans, le temps de ramasser assez de sous pour acheter la maison, déménager, restabiliser les finances, etc puis finalement pour repartir la shop mais… ça me semble la plus réaliste.

Et vous, qu’est-ce que vous feriez dans une telle situation? Est-ce qu’une solution n’a pas été envisagée? Vos propositions sont les bienvenues. En espérant vous revenir avec de meilleures nouvelles dans mes prochains billets…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *